Modéliste patronnier(ère)

Définition générale du métier

Interpréter en volume les croquis du Créateur et assurer la réalisation technique des toiles et patronnages des modèles. En complément des connaissances indispensables à ce métier, la maîtrise des outils informatiques de CAO type Lectra ou Gerber est également nécessaire.

Etude et interprétation des croquis, Moulage de la toile au Mannequin ou réglage à plat, Digitalisation du patron (ou de la toile) et traitement, Réalisation du patronnage définitif avec coutures et surpiqûres, Elaboration des fiches techniques (description du modèle et étapes de réalisation), Analyse des difficultés potentielles de montage, Contrôle du bien aller du vêtement avant livraison ou lors du défilé, Réalisation des essayages en atelier ou au studio pour décision des retouches, Normalisation et gradation des patrons en fonction des différentes matières, Vérification de conformité et de style de la tête de série par rapport au modèle.

Le métier s’exerce au sein des ateliers de prêt-à-porter femmes et hommes et Maisons de mode. L’activité du modéliste nécessite un travail en collaboration avec le Directeur de Collection et également avec les Stylistes et le Bureau d’Etudes.

Les horaires, souvent liés au rythme des collections, sont irréguliers et demandent une présence exceptionnelle pendant les week-ends précédant les collections. L’emploi s’exerce généralement au sein des Maisons de mode avec de fréquents déplacements sur les sites de production et auprès du Créateur lors de séances d’essayage.

Ce métier est accessible à partir de formations de niveau IV et III (BTS Industrie et Matériaux souples, Ecole de modélisme…) mais surtout après une longue expérience.

Cet emploi est ouvert aux personnes bénéficiant d’une expérience acquise au sein de services de Bureaux d’Etudes éventuellement complétée par une formation assurée par un organisme spécialisé. Une expérience préalable liée à un apprentissage est souvent requise pour maîtriser la connaissance des matériaux et des différentes techniques de montage. La maîtrise d’une langue étrangère est un vrai plus pour exercer ce métier.

Responsable du Bureau d’Etudes Directeur (rice) des Etudes Directeur (rice) de Collection Chef Produit Coordinateur de Collection.

Les différentes formations pour accéder à ces métiers
Formations

Témoignage : Mickaël Legentil – 27 ans, Aide patronnier-placeur chez Thierry

« J’occupe ce poste depuis trois ans. Ce métier, je l’ai découvert grâce à mon parcours scolaire.
J’ai effectué une 4ème et 3ème technologique, ce qui m’a permis de connaître la confection. Envie d’apprendre dans ce domaine, j’ai donc continué au fur et à mesure dans la couture.

Tout d’abord, j’ai commencé par un CAP/BEP matériaux souples, puis un BAC STI option matériaux souples et pour finir un BTS. Celui-ci a élargi mes connaissances au niveau du placement, de la gradation et de la digitalisation sur informatique, mais aussi sur le plan de la production sur chaîne de fabrication. Toutes ces techniques m’ont donné envie de prolonger mon apprentissage et j’ai donc passé et obtenu une licence. Grâce à elle, j’ai acquis plus de connaissances sur différents postes dans des entreprises de confection.
J’ai ensuite, pendant deux mois, occupé le poste de mécanicien en confection aux Ets Thierry, période durant laquelle j’ai démontré mes connaissances et mes capacités. Puis j’ai postulé pour un poste plus intéressant.

L’entreprise m’a proposé un contrat de professionnalisation pendant un an afin de compléter mes connaissances et acquérir de l’expérience ; ce qui me vaut aujourd’hui, d’être patronnier placeur, un poste dans lequel je suis épanoui et heureux d’exercer. »

Témoignage : Aline Touboulic, chez Grandis

« En contrat d’apprentissage sur l’année scolaire 2006/2007 pour préparer le B.T.S modélisme industriel. Consciente des manques que représentent les formations scolaires, j’ai souhaité intégrer le bureau d’étude de la société Grandis pour préparer mon examen.

L’apprentissage m’a permis d’approfondir mes connaissances théoriques mais surtout de les appliquer dans un milieu professionnel et aussi d’être plus automne et réactive face aux tâches demandées. La difficulté réside dans le changement de rythme entre les deux milieux et la volonté de donner le meilleur de soi en tant qu’élève et employée. Mais l’envie de devenir une modéliste qualifiée est le plus important.

Cet apprentissage s’est très bien passé et se transforme très bientôt en C.D.I, pour un poste de patronnière, gradeuse. »

Témoignage : Aline Le Breton, chez Grandis

« Mon contrat d’apprentissage pour préparer un B.T.S modélisme industriel s’est déroulé au sein de l’entreprise Grandis durant les années 2005, 2006 et 2007.

J’ai acquis une expérience professionnelle qui m’a permis d’être plus responsable, plus autonome et d’entrer plus facilement dans la vie active.
J’ai évolué dans le bureau d’études, avec une équipe dynamique, qui a répondu à toutes mes questions, ce qui m’a ouvert aux autres. Mon contrat m’a été bénéfique à tout point de vue et m’a permis d’obtenir un C.D.I pour le poste dessinatrice des études. »

Subscribe for our news and be informed about our new featuresevery day.